SCHUBERT / D'ADAMO
QUINTETTE POUR OMBRES ET VIOLONCELLE
A télécharger

Dossier du spectacle

//  Violoncelle solo, quatuor à cordes
//  Création le 8 octobre 2018 au Théâtre des Bouffes du Nord, Paris
 
 

« Voilà plus de mille ans que la triste Ophélie

Passe, fantôme blanc, sur le fleuve noir. »

— Arthur Rimbaud

Le quatuor Béla invite l’éclatante violoncelliste Noémi Boutin pour une ténébreuse création.

Le compositeur franco-Argentin Daniel D’Adamo écrit pour les cinq musiciens un préambule au sublime et crépusculaire quintette en ut de Franz Schubert. Cette nouvelle oeuvre prend comme poétique le thème intemporel de la jeune fille mortellement attirée par l’eau, qu’elle soit l’Ophélie de Shakespeare ou l’antique Perséphone.

Les musiciens du Quatuor Béla, cachés et invisibles aux yeux du public, sont l’eau dormante, miroir dangereux de la beauté de la jeune femme. Noémi Boutin, seule en scène, est la jeune femme, victime enivrée de son propre re et et des rets assassins de l’onde.

Daniel D’Adamo met son art achevé de l’écriture pour cordes aux services des sonorités tentatrices et létales de ce mélodrame instrumental. 

PROGRAMME MUSICAL

 

Daniel D'Adamo, Sur Vestiges, Quintette [Commande de La Belle Saison avec le soutien de ProQuartet]

Franz Schubert, Quintette en ut pour deux violoncelles

Durée : 1h15

DISTRIBUTION

Violoncelle

Noémi Boutin

Quatuor Béla

Julien Dieudegard, Frédéric Aurier, violons

Julian Boutin, alto

Luc Dedreuil, violoncelle

Scénographie, création lumière & photographie

Hervé Frichet

Construction

Pierre-Yves Boutrand

Costumes

Eloïse Simonis

 

Administration

Cléo Michiels, Lise Déterne - L'Echelle

 

Diffusion

Capucine Jaussaud

 
MENTIONS DE PRODUCTION

Un projet La Belle Saison 

Production : Association l’Oreille Droite – Quatuor Béla

Coproduction : Cie Frotter | Frapper, le Théâtre de Coulommiers

 

Soutiens : Région Auvergne-Rhône-Alpes, SPEDIDAM, ProQuartet, CNSMD de Lyon, le Cube - Sudio Théâtre d'Hérisson

Aucun événement à venir pour le moment
GALERIE PHOTO

© Jean-Pierre Dupraz